Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

TOP CINÉMA

Des limousines, un crocodile, un pilon de poulet, des pérégrinations nocturnes, le torse de Daniel Craig, des hormones animales, un Val Kilmer empâté et Jessica Chastain : qu'ai-je retenu de 2012 au cinéma ?


cine12-copie-1.jpg


 

1.

HOLY MOTORS de Leos Carax

France / 1h55 / avec Denis Lavant, Edith Scob, Kylie Minogue, Michel Piccoli

Pourquoi Holy Motors est-il aussi génial ? Loin du repoussoir hideux pour intellectuels en mal de concepts fumeux, le dernier film de Leos Carax suit sa propre voie et embarque le spectateur loin de toute norme préétablie, tout en célébrant la beauté du geste et la puissance de l'image. On n'avait pas ressenti un tel kiff depuis Mulholland Drive.

holy-motors-leos-carax-copie-1.jpg

 

 

2.

TAKE SHELTER de Jeff Nichols

USA / 2h / avec Michael Shannon, Jessica Chastain, Tova Stewart

Quel est le sujet de Take Shelter ? La folie ? Les politiques sécuritaires vendant des sociétés dépourvues de violence ? Le cinéma lui-même (le cadre comme clôture de l'espace) ? Le second film de Jeff Nichols investit des territoires passionnants, plaçant le spectateur dans une position des plus inconfortables, bousculant notre regard et le régime de croyance censé fondé tout schéma narratif classique. Brillant.

tks.jpg

 

 

3.
TABOU
de Miguel Gomes

Portugal / 1h50 / avec Ana Moreira, Carloto Cotta, Teresa Madruga, Laura Soveral

Quelque part entre Out Of Africa et le cinéma de Murnau, Tabou est une merveille pour les sens d'une inventivité formelle et narrative inouïe. D'un canevas classique et inusable (l'amour tragique impossible), le cinéaste portugais célèbre la puissance et la beauté des souvenirs, et par là-même du cinéma.

tabu-copie-1.jpg

 

 

4.
OSLO 31 AOÛT
de Joachim Trier

Norvège / 1h35 / avec Anders Danielsen Lie, Hans Olav Brenner, Ingrid Olava

Poème élégiaque et sensible, adapté du Feu Follet de Drieu La Rochelle, Oslo 31 août narre les pérégrinations nocturnes d'un trentenaire sortant d'une cure de désintoxication, perdu au milieu de tous - parents, amis, famille, ex, employeurs. C'est beau les gens qui souffrent.

OSLO.JPG

 

 

5.

KILLER JOE de William Friedkin

USA / 1h42 / avec Matthew McConaughey, Emile Hirsch, Juno Temple, Thomas Haden Church

Amoral et jouissif, le dernier film de William Friedkin (L'exorciste, Bug) est le genre de série B capable d'électriser une salle en quelques séquences culottées (mention à la fellation KFC), se jouant de tout bon goût et de toute posture bien pensante qui tranche avec l'ordinaire du cinéma moderne.

Killer-Joe-copie-1.jpg

 

 

6.

BULLHEAD de Michael R. Roskam

Belgique / 2h05 / avec Matthias Schoenarts, Jeroen Perceval, Jeanne Dandoy

Grand écart entre le thriller agricole poisseux et le portrait intime d'un homme littéralement diminué dont le passé refait soudainement surface, Bulhead frappe où on ne l'attend pas. Sens du cadrage éblouissant, récit aussi tendu qu'une partie de belotte entre Jean-François Copé et François Fillon, un des must-see de l'année, sans aucun doute.

bullhead.jpg

 

 

7.

THE COLOR WHEEL de Alex John Ross

USA / 1h23 / avec Alex John Ross, Carlen Altman, Bob Byington

Tourné en 16mm avec les moyens du bord (c'est-à-dire pas grand chose), Color Wheel raconte l'histoire d'un frère et une soeur - chacun paumés à leur manière - contraints de se rabibocher au gré d'un voyage en voiture. Road movie pince-sans-rire sur la difficulté à assumer la vie qu'on n'a pas choisi, ce premier film indépendant new-yorkais pourrait bien être la comédie de l'année.

color_wheel.jpg

 

 

8.

TWIXT de Francis Ford Coppola

USA / 1h25 / avec Val Kilmer, Elle Fanning, Bruce Dern, Ben Chaplin

Après Tetro, Francis Ford Coppola continue de sonder les arcanes familales avec ce conte gothico-horrifico-comique brillant. Par cette figure d'un père mélancolique inconsolable, écrivain de seconde zone (parfait Val Kilmer empâté), Coppola nous dit la nécessité de chercher au plus profond de soi et de ses rêves l'authenticité du geste artistique, le tout avec une étonnante légèreté par l'auteur du Parrain et d'Apocalypse Now.

Twixt-1-copie-1.jpg

 

 

9.

INTO THE ABYSS de Werner Herzog

Canada, Allemagne / 1h45 / avec Werner Herzog, Jason Burkett, Michael Perry

"What's in the dash?" Traduction : qu'y a-t-il dans le tiret gravé sur nos tombes, entre notre date de naissance et notre date de trépas ? De cette plongée documentaire dans l'Amérique profonde, le réalisateur de Aguirre et Fitzcarraldo pose un regard aussi serein que circonspect sur les oubliés de la société, les désaxés qui noient leur débordement d'énergie dans la violence ou la rancoeur. Terrifiant et terriblement humain, malgré une première partie ChristopheHondelatienne.

into_the_abyss-copie-1.jpg

 

 

10.

MILLENIUM de David Fincher

USA / 2h38 / avec Daniel Craig, Rooney Mara, Christopher Plummer, Stellan Skarsgard

Si le script de Millenium n'est pas à une outrance près, David Fincher (Fight Club, Zodiac) n'en conforte pas moins son statut de plus grand storyteller contemporain, en prise avec le réel et questionnant constamment notre rapport aux images. Du sens derrière la machinerie, et Rooney Mara rien que pour nos yeux. Le blockbuster de l'année.

millenium.jpg

 

 

10bis.

COSMOPOLIS de David Cronenberg

Canada / 1h48 / avec Robert Pattinson, Juliette Binoche, Sarah Gadon, Mathieu Amalric

Que penser du dernier Cronenberg ? Ce fut l'une des grandes questions de l'année. Récit ambitieux et acide... ou aridité kitsch et verbeuse ne suscitant que l'ennui ? Un peu des deux, sans doute. Surtout, Cosmopolis saisit l'obsénité moderne d'un clivage devenu indépassable entre les plus riches cloîtrés dans leurs limousines (attention métaphore) et les plus pauvres - l'immense majorité - prêts à exploser.

cosmopolis.jpg

 

 

 

 

 
Tag(s) : #cinéma

Partager cet article

Repost 0